Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2008 7 07 /12 /décembre /2008 18:30

Pour les musulmans, le Coran, ultime révélation vient confirmer la Révélation antérieure contenue dans la Tora et l'Évangile. Le père commun aux trois religions est Abraham, dont les deux fils, Ismaël et Isaac seraient respectivement les ancêtres des arabes et des juifs. Muhammad serait le dernier prophète après ceux de l'Ancien Testament et Jésus-Christ, considéré comme l'avant-dernier messager de la parole de Dieu. Il s'inscrit dans la filiation directe des récits de la Bible.


 

Le Prophète Mahomet, Al-Bîrûnî, al-âthâr al-bâqiya (Vestiges des siècles passé). BNF, Manuscrits orientaux (Arabe 1489 fol. 5v).




Fête musulmane du sacrifice lundi

Dimanche 7 décembre, 17h20

L'Aïd el-Kébir ou Aid al-Adha, fête musulmane du sacrifice, a lieu lundi, alors que se tient le traditionnel pèlerinage à La Mecque. A l'occasion de ce moment fort du calendrier islamique, les préfectures rappellent que, pour des raisons d'hygiène et de sécurité, il est interdit de procéder à l'abattage rituel en dehors d'un abattoir en activité.

L'Aïd-el-Kébir, fête la plus importante de l'islam, symbolise la soumission à Dieu du prophète Abraham qui, obéissant à un commandement divin, était prêt à sacrifier son fils unique, Ismael. Un bélier lui fut finalement substitué.

"C'est en commémoration de l'acte de sacrifice du Prophète Abraham, paix et salut sur Lui, que les musulmans immolent un mouton, un bovin, un caprin ou un camélidé", explique le Conseil français du culte musulman (CFCM). "Cette fête est l'occasion de se rappeler la miséricorde divine par une prière en communauté précédant l'acte sacrificiel", ajoute le CFCM.

Le Conseil français du culte musulman rappelle que "cette fête doit se faire dans le strict respect des règles sanitaires et des principes religieux qui régissent l'abattage rituel. Les capacités des abattoirs étant limitées, le CFCM réitère sa recommandation d'étaler l'abattage sur les trois jours de l'Aïd".

La Grande mosquée de Paris souligne également que le sacrifice rituel "doit se dérouler dans les abattoirs agréés dans le strict respect des règles d'hygiène sanitaire et de bienséance".

Les Conseils régionaux du culte musulman, ajoute le CFCM, s'emploient en "collaboration avec les préfectures et les municipalités" pour que "cette fête se déroule dans de bonnes conditions tant sur le plan spirituel que matériel".

La préfecture de police de Paris a souligné de son côté que la réglementation interdit, "quelle que soit la période de l'année" de "procéder ou faire procéder à l'abattage rituel, notamment de moutons, en dehors d'un abattoir en activité", ainsi que de "décharger ou de vendre des animaux vivants de boucherie à Paris". AP


Abraham


La fuite d'Agar dans la désert (1: Bible)

Selon la tradition, les arabes seraient les descendants d'Ismaël, le fils illégitime qu'Abraham a eu avec la servante égyptienne Agar.
La femme d'Abraham, Sarah, ne lui avait pas donné d'enfant. Mais elle avait une servante égyptienne, nommée Agar, et Sarah dit à Abraham : "Vois, je te prie : Dieu n'a pas permis que j'enfante. Va donc vers ma servante. Peut-être obtiendrai-je par elle des enfants". Et Abraham écouta la voix de Sarah.
Celui-ci alla vers Agar, qui devint enceinte. Lorsqu'elle se vit enceinte, sa maîtresse ne compta plus à ses yeux. Alors Sarah dit à Abraham : "Que l'injure qui m'est faite retombe sur toi ! J'ai mis ma servante entre tes bras et, depuis qu'elle s'est vue enceinte, je ne compte plus à ses yeux. Que Dieu juge entre moi et toi !" Abraham dit à Sarah : "Eh bien , ta servante est entre tes mains, fais-lui comme il te semblera bon". Sarah la maltraita tellement que l'autre s'enfuit devant elle.
L'ange de Dieu la rencontra près d'une certaine source au désert, la source qui est sur le chemin de Shur. Il dit : "Agar, servante de Sarah, d'où viens-tu et où vas-tu ?" Elle répondit : "Je fuis de devant ma maîtresse Sarah." L'Ange du Seigneur lui dit : "Je multiplierai beaucoup ta descendance, tellement qu'on ne pourra pas la compter."
L'Ange du Seigneur lui dit : "Tu es enceinte et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom d'Ismaël, car le Seigneur a entendu ta détresse. Celui-là sera un onagre d'homme, sa main contre tous, la main de tous contre lui, il s'établira à la face de tous ses frères."
A Yahvé qui lui avait parlé, Agar donna ce nom : "Tu es le Roi", car, dit-elle : "Ai-je encore vu ici après celui qui me voit ?" C'est pourquoi on a appelé ce puits le puits de Lahaî Roî ; il se trouve entre Cadès et Bérèd.
Agar enfanta un fils à Abraham, et Abraham donna au fils qu'enfanta Agar le nom d'Ismaël. Abraham avait quatre-vingt-six ans quand Agar le fit père d'Ismaël.
(Genèse 16, 1-15)

 



Abraham, père des croyants (2: Coran)

[Abraham dit] :
"Notre Seigneur !
J’ai établi une partie de mes descendants
dans une vallée stérile, auprès de ta Maison sacrée,
Ô notre Seigneur !
afin qu’ils s’acquittent de la prière.
Fais en sorte
que les cœurs de certains hommes s’inclinent vers eux ;
accorde-leur des fruits en nourriture.
Peut-être, alors, seront-il reconnaissants.
Ô notre Seigneur !
tu connais parfaitement ce que nous cachons
et ce que nous divulguons.
Rien n’est caché à Dieu sur la terre et dans le ciel.
Louange à Dieu !
Dans ma vieillesse il m’a donné Ismaël et Isaac !
Mon Seigneur est celui qui exauce la prière
Mon Seigneur !
Fais que je m’acquitte de la prière,
moi, ainsi que ma descendance.
Exauce ma prière, ô notre Seigneur !"

(Coran, XIV, 35-41)



Pour plus de détails consulter les pages que consacre la BNF la filiation entre judaisme, christianisme et islam.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Rubriques