Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 16:19

L'offensice déclenchée contre le Hamas dans le bande de Gaza par Israël depuis le 27 décembre dernier est une nouvelle étape d'un conflit qui dure depuis 1948. Ce conflit est très complexe car il mêle de nombreux acteurs en plus d'Israel et des Palestiniens. En 2005, Ariel Sharon avait décidé unilatéralement de quitter la bande de Gaza et de démanteler les colonies. Cependant, ce territoire pauvre et exigu, où s'entassent 1,5 million de Palestiniens sur 362 km2 est devenu la place forte du Hamas, radicalement hostile à Israël.


Repères sur Gaza :

Administration égyptienne jusqu'à l'occupation israélienne de 1967.
Berceau des dirigeants de l'OLP et, dans l'ensemble, des mouvements armés
palestiniens.
Emergence du Hamas en 1987, discrètement soutenu par Israël pour affaiblir
l'OLP (contexte de la première Intifada).

Hypertrophie démographique : 4150 habitants au km².
Territoire peu colonisé (quelques milliers d'Israéliens), subissant périodiquement des blocus israéliens et évacué en 2005.
Largement assisté par l'aide humanitaire et économique de l'Union européenne.
Chômage : 49 % (Banque mondiale).


 


Chronologie de l’offensive israélienne à Gaza

27 décembre 2008 : Israël lance une offensive aérienne contre le mouvement islamiste Hamas dans la bande de Gaza.
28 décembre : Israël bombarde 40 tunnels de contrebande d’armes à la frontière entre l’Égypte et Gaza.
29 décembre : Israël décrète le secteur frontalier du territoire palestinien « zone militaire fermée ».
31 décembre : certaines roquettes palestiniennes s’abattent jusqu’à 40 km de la bande de Gaza.
3 janvier : les troupes israéliennes pénètrent dans le territoire palestinien.
4 janvier : les troupes israéliennes avancent en profondeur dans Gaza.
5 et 6 janvier : les forces israéliennes poursuivent leur progression

 


 

 

La fin d'une trêve précaire

Le 18 décembre 2008, le Hamas a annoncé sa décision de ne pas renouveler la période de calme de six mois conclue avec Israël. Il a ensuite repris  le tir de roquettes et d'obus de mortiers, provoquant l'attaque israélienne (27/12). Cette trêve n'était plus vraiment respectée depuis le raid israélien du 4 novembre qui avait tué six membres du Hamas. Ce raid a enclenché le processus de guerre : riposte du Hamas à coups de roquettes et renforcement du blocus israélien de la bande de Gaza.


Une fenêtre d'opportunité pour Israël 

Israël a voulu profiter de la longue transition entre une administration Bush discréditée, et une équipe Obama pas encore en poste, pour frapper un grand coup et affaiblir durablement le Hamas. Les États-Unis sont la seule puissance au monde capable, tout à la fois, d'influer sur la politique d'Israël et d'inspirer suffisamment de crainte à ses adversaires.

Deuxième facteur décisif, la campagne électorale israélienne en cours. Tzipi Livni, la candidate du parti aujourd'hui au pouvoir, Kadima, a poussé le Premier ministre Ehud Olmert et son collègue de la Défense, le travailliste Ehud Barak, a accélérer la mise en œuvre d'une opération prévue de longue date.
Côté palestinien, le Hamas aussi est en campagne électorale depuis que le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a annoncé des élections anticipées pour le début de l'année 2009, afin de trancher par les urnes la lutte de pouvoir qui oppose les deux principales composantes du mouvement national palestinien depuis deux ans.


Les objectifs d'Israël

L'objectif immédiat d'Israël en lançant une offensive militaire dans la bande de Gaza est de faire cesser les tirs de roquettes sur son territoire: l'objectif est de détruire les tunnels entre Gaza et l'Égypte permettant l'acheminement des armes et munitions. Ce but est devenu d'autant plus pressant que le Hamas et les groupes armés palestiniens semblent avoir la capacité d'étendre la portée et la puissance de frappes de leurs roquettes.

Un second objectif, moins évident, pourrait être de provoquer la chute du Hamas, qui a pris le contrôle du territoire palestinien par la force en juin 2007.


Le Hamas: sortir de l'isolement

Le Hamas est aujourd'hui totalement isolé: il est en conflit ouvert avec Israël, l'Autorité palestinienne et l'Égypte. En raison du blocus israélien qui a commencé dès sa victoire aux élections de 2006, la paupérisation du territoire palestinien s'aggrave. Il n'est pas parvenu non plus à ce que l'Egypte ouvre sa frontière.
De plus, il est concurrencé par l'émergence de groupes jihadistes beaucoup plus radicaux .


 


Le Hamas

Fondé en décembre 1987, le Mouvement de la résistance islamique (dont l'acronyme arabe forme le mot Hamas) est l'héritier de la branche gazaouie des Frères musulmans, longtemps encouragée par Israël pour faire pièce à l'OLP de Yasser Arafat. Mais, à travers la lutte armée et les attentats-suicides, son fondateur le cheikh Ahmed Yassine a fait du Hamas une redoutable machine de guerre, de plus en plus populaire et influente dans les Territoires occupés. En 1993, le Hamas rejette les accords d'Oslo et se lance dans une opposition radicale au processus de paix, qui lui vaut de subir la répression de l'Autorité palestinienne. L'Intifada Al-Aqsa, débutée en septembre 2000, lui permet de gagner en force et en popularité, face à une Autorité discréditée par l'échec du processus de paix et la corruption, mais aussi durement frappée par Israël. En mars 2006, le mouvement islamiste  remporte les élections législatives. En juin 2007, le Hamas s'empare par la force de la bande de Gaza, où il installe un pouvoir concurrent de l'Autorité palestinienne.


 

Pour aller plus loin, on peut lire en ligne certaines analyses de l'IFRI:


Le Hamas au pouvoir : de la confrontation au dialogue ?, Juliette Mayaleh, Actualité Maghreb / Moyen-Orient n° 5, 4 avril 2006.

L'arrivée du parti islamiste Hamas dans les Territoires palestiniens a surpris certains observateurs et inquiété la plupart des administrations occidentales. Juliette Mayaleh se plonge dans la réalité du terrain pour comprendre les raisons de ce vote massif et esquisser les différents scénarios qui se dessinent pour l'avenir de la région. Elle revient également sur la naissance et l'évolution du Hamas.".
Juliette Mayaleh est doctorante à l'Université Panthéon-Assas de Paris. Sa thèse porte sur le contrôle de l'armement, la coopération régionale et la sécurité au Proche et Moyen-Orient.
Texte en français (pdf-55k)



Après l’échec - les réorientations de Tsahal depuis la deuxième guerre du Liban, Pierre Razoux, Focus stratégique n°2, Paris, Ifri, octobre 2007.

La commission Winograd a mis en avant certains dysfonctionnements de l'armée israélienne au cours du conflit de l'été 2006. Les errements du processus de décision stratégique ont également été dénoncés. Depuis lors, les causes de l'échec de la guerre contre le Hezbollah ont été analysées et des réorientations majeures ont été engagées.

Lire le texte intégral (pdf-222 ko)

 

 

Israël 2007: bilan et perspectives, Denis Bauchard, Perspectives Moyen-Orient / Maghreb, février 2007

L’intervention israélienne au Liban de juillet 2006, qui a constitué un événement majeur pour Israël comme pour le Moyen-Orient dans son ensemble, a modifié les perspectives d’avenir de la région. Cette note, rédigée à la suite d’un voyage d’études en Israël et dans les territoires palestiniens, fait état de la situation actuelle à travers la perception qu'en ont des représentants officiels, des diplomates étrangers, des membres d’ONG et des chercheurs de think tanks rencontrés sur le terrain

Lire le texte intégral (pdf-556 ko)

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Rubriques