Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 17:46

Une entreprise collective de 20 ans

En 1746, le libraire Le Breton et des associés obtiennent un privilège royal de 20 ans pour publier un Dictionnaire universel des arts et des sciences. C'est dans le cadre de ce pejet que Diderot et d'Alembert sont sollicités. Très vite, ils en prennent la direction. Ils recrutent une large équipe d'auteurs: à côté du chevalier Louis de Jaucourt, homme à tout écrire restant dans l'ombre [on lui attribue 18 000 des 72 000 articles], on compte des auteurs plus illustres comme Voltaire, Buffon, Rousseau, d'Holbach, Montesquieu.

L'Encyclopédie est une entreprise colosalle. Elle repésente 15 ans de travail pour Denis Diderot et sa publication s'étale  sur 21 ans. Au terme de ces 21 ans, elle est consituée de 17 volumes de texte, de 11 volumes d'illustrations et de 71 818 articles.

L'Encyclopédie est également une oeuvre de combat: elle comporte des articles qui contestent le système politique ou développe ceraines des idées centrales des Lumières.
Article Autorité Politique, rédigé par Diderot.
Article Monarchie, rédigé par le chevalier de Jaucourt.
Article Presse, rédigé par le chevalier de Jaucourt.
Article Peuple, rédigé par le chevalier de Jaucourt.
Article Traite négrière, rédigé par le chevalier de Jaucourt.


La démarche encyclopédique


« L'ouvrage que nous commençons (et que nous désirons de finir) a deux objets : comme Encyclopédie, il doit exposer, autant qu'il est possible, l'ordre et l'enchaînement des connaissances humaines ; comme Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, il doit contenir sur chaque science et sur chaque art, soit libéral, soit mécanique, des principes généraux qui en sont la base, et les détails les plus essentiels qui en font le corps et la substance. » Discours préliminaire de d'Alembert.

Face au monde et aux savoirs, la démarche encyclopédique adopte trois attitudes : rassembler, classer et donner accès. Elle correspond à l'idéal philosophique des Lumières:

1. diffuser auprès du plus grand nombre un savoir libre de tout préjugé, de toute superstition,

2. mesurer les connaissances à l'aune de la raison,

3. fournir un matériel pour « changer la façon commune de penser ».

 

Dans une lettre, Diderot définit la démarche du philosophe et les effets attendus:

"Ce qui caractérise le philosophe et le distingue du vulgaire, c'est qu'il n'admet rien sans preuve, qu'il n'acquiesce point à des notions trompeuses et qu'il pose exatement les limites du certain, du probable et du douteux. Cet ouvrage produira sûrement avec le temps une révolution dans les esprits, et j'espère que les tyrans, les oppresseurs, les fanatiques et les intolérants n'y gagneront pas. Nous aurons servi l'humanité. "

Lettre de Diderot à Sophie Volland (26 septembre 1762).

 

Le système des connaissances

 L'Arbre des connaissances humaines


L'Encyclopédie se présente d'abord comme un système organisé des connaissances. L'Arbre des connaissances humaines dessine les relations de dépendance et de voisinage entre les savoirs, qui, selon d'Alembert « peuvent se réduire à trois espèces :  l'histoire,  les arts tant libéraux que mécaniques  et les sciences proprement dites, qui ont pour objet les matières de pur raisonnement ».

L'ordre encyclopédique permet de décrire le réel en admettant sa variété. Son caractère systématique est illustré par l'important système de renvois qui permet de passer d'un article à d'autres : l'Encyclopédie est ainsi une cartographie du territoire de la connaissance. Le monde est compris suivant les nouveaux modèles proposés par les sciences et techniques.
D'où l'importance des planches illustrées dans cette somme dont la vocation est la diffusion du savoir : cet hommage aux métiers repose sur la connaissance rationnelle de leurs opérations techniques plutôt que sur l'admiration pour leur savoir-faire. Diderot l'annonçait dans le Prospectus :  « Un coup d'oeil sur l'objet ou sur sa représentation  en dit plus long qu'une page de discours. »



Typographe devant une casse. Paris, BnF.

 










L'intégralité des planches
Les planches du graveur Bénard (Gallica)
Les Planches de l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert.



Sites à consulter:

1er juillet 1751. Naissance tumultueuse de l'Encyclopédie

Sur le site de la BNF:
1. Chronologie sommaire des heurs et malheurs de l'Encyclopédie

2. Les sources proches et lointaines de l'Encyclopédie

3. Les rédacteurs de l'Encyclopédie : célébrités météoriques et fidèles obscurs

4. L'Encyclopédie emblème des Lumières (les objectifs de Diderot et d'Alembert)


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Rubriques