Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 11:39

Le solde migratoire représente la différence entre les entrées et les sorties du territoire, une année donnée. L'arrêt de l'immigration de travail au milieu des années 1970 a marqué une cassure après vingt années de forte immigration (le pic de 1962 étant lié aux rapatriés d'Algérie). Depuis 40 ans, l'immigration n'est pas stoppée, elle tend même plutôt à augmenter de nouveau, avec des cycles de hausse et de baisse. Entre 2003 et 2006, le solde moyen a été supérieur à 100 000 personnes par an, niveau que la France n’avait pas connu depuis les années 1970 – même s’il est vrai qu’à l’époque la population totale était plus importante qu’aujourd’hui.

Le solde migratoire annuel cumulé a atteint 900 000 dans les années 2000, contre 600 000 dans les années 1990. Depuis 2007, le solde s’est à nouveau réduit, se situant entre 70 et 80 000 personnes par an. Il représente environ un cinquième de la hausse annuelle de la population et 0,1 % de la population totale. Ces chiffres doivent toutefois être considérés comme des ordres de grandeur : on connaît les entrées légales mais on ne dispose pas d’informations précises sur les sorties, qui sont estimées de façon très approximative.

L'évolution du solde migratoire dépend de nombreux facteurs : de la législation du droit au séjour, mais aussi de la conjoncture économique ou de conflits dans les pays de départ. Pour la plupart, les migrants sont des membres de familles de personnes vivant en France : conjoints ou enfants dans leur grande majorité.

 

 L-evolution-du-solde-migratoire.png

 

 

logo.png

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Rubriques