Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2009 7 18 /10 /octobre /2009 10:52

Le Pape Pie X condamne Le Sillon
En premier lieu, il convient de relever sévèrement la prétention du Sillon d’échapper à la direction de l’autorité ecclésiastique [1]. Les chefs du Sillon affirment qu’ils évoluent sur un terrain qui n’est pas celui de l’Église […] que le militant du Sillon est tout simplement un catholique voué à la cause des classes laborieuses, aux oeuvres démocratiques. […] La vérité est que les chefs du Sillon […] ont une conception spéciale de la dignité humaine, de la liberté, de la justice et de la fraternité, et que, pour justifier leurs rêves sociaux, ils en appellent à l’Évangile, interprété à leur manière, et, ce qui est plus grave encore à un Christ défiguré et diminué.

Le Sillon réclame, au nom de la dignité humaine, la triple émancipation politique, économique et intellectuelle ; la cité future à laquelle il travaille n’aura plus de maîtres ni de serviteurs ; les citoyens seront tous libres, tous camarades, tous rois. […] Est-ce que toute société de créatures inégales par nature n’a pas besoin d’une autorité qui dirige leur activité et impose sa loi ?

Il fut un temps où Le Sillon […] était formellement catholique […] et al­lait proclamant que la démocratie serait catholique ou qu’elle ne serait pas. Un moment vint où il se ravisa. Il laissa à chacun sa religion ou sa philosophie. [..] Que penser d’un catholique qui, entrant dans son cercle d’études, laisse son catholicisme à la porte pour ne pas effrayer ses camarades, qui « rêvant d'une action sociale désintéressée, ré­pugne de la faire servir au triomphe d'intérêts, ou même de convictions quelles qu’elles soient » ? […]

[Les chefs du Sillon]  ont [été] entraînés vers un nouvel évangile, […] leur idéal étant apparenté à celui de la Révolution. ils ne craignent pas de faire entre l’Évangile et la Révolution des rapprochements blasphématoires [2].

 

Pie X, Lettre aux évêques de France (25 août 1910), A. Deroo, Encycliques, messages et discours.

 

[1]. Autorité de l’Église. du mot  grec ecclésia ( assemblée ), terme  utilisé par les premiers chrétiens pour désigner l’assemblée des fidèles.

[2]. Mot appartenant au vocabulaire religieux : un blasphème est une parole qui outrage Dieu ou la religion.

 


Explication du texte:

 

1. Dans les années 1900, les relations entre l’Eglise catholique et la IIIè République sont très conflictuelles. La loi de séparation des Eglises et de l’Etat de 1905 symbolise la volonté des républicains de soustraire l’Etat et la société à l’influence de l’Eglise catholique.

Certains catholiques souhaitent réconcilier l’Eglise et la société moderne et la République. C’est notamment le cas de Marc Sangnier et de son journal puis mouvement intitulé Le Sillon qui se développe dans les années 1890-1900.  Mais en 1910, dans une lettre aux évêques de France, le pape Pie X condamne fermement les idées du Sillon. Le catholicisme et la République semblent irréconciliables.

 

 

2. Le Sillon est un mouvement qui veut réconcilier le catholicisme avec la société moderne et la République mais il marque aussi une rupture dans le rapport de l’individu à la foi. Selon le pape, le Sillon se caractérise par quatre idées principales. Tout d’abord, Le Sillon, tout en se réclamant du catholicisme, se veut un mouvement laïc et, à ce titre, indépendant de l’autorité de l’Eglise. Ensuite, il poursuit l’objectif d’une émancipation, à la fois politique, économique et intellectuelle des individus devant permettre de construire une société égalitaire. Il défend donc des idées démocratiques. Il se tourne vers les milieux populaires et ouvriers afin de régler la « question sociale ». Ensuite, Le Sillon défend une conception laïque de la religion : celle-ci concerne avant tout l’individu et ne doit pas empêcher la rencontre avec d’autres milieux sociaux ou confessionnels. Enfin, Le Sillon analyse la Révolution française comme porteuse d’égalité et de liberté (Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789) et, à ce titre, il ne la rejette pas.

Le Sillon apparaît ainsi comme un mouvement progressiste, cherchant à réconcilier l’héritage de 1789 et l’Eglise et au-delà pose les bases d’un engagement politique des catholiques dans la République. Il est un des fondateurs de la démocratie-chrétienne en France.

 

3. Le pape rejette les idées progressistes du Sillon. La condamnation du pape s’appuie sur la doctrine de l’Eglise :

Tout d’abord, le pape est le chef incontesté et incontestable depuis l’adoption du dogme de l’infaillibilité pontificale (1869). Ensuite, l’Eglise considère qu’une égalité sociale est impossible en raison des inégalités naturelles entre les hommes. Ensuite, seule la foi catholique permet le salut. Aussi le catholicisme doit-il bénéficier d’une prééminence dans la société. Enfin, l’Eglise rejette totalement l’héritage de la révolution française, notamment la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789.

 


4. La condamnation du Sillon est significative des difficultés de l’Eglise à affronter la société moderne. Le Sillon s’inscrit en partie dans la doctrine sociale de l’Eglise définie par l’encyclique Rerum Novarum : l’Eglise rejetant à la fois le libéralisme sauvage et le socialisme veut contribuer à une société plus juste et faire face à la question sociale.

Cepndant, le Sillon va plus loin sur trois points, ce que l’Egluse refuse :

- l’acceptation de la démocratie ;

- l’acceptation de l’héritage de la RF de 1789, donc la IIIè République ;

- l’acceptation d’une société plus individualiste, affranchie des autorités traditionnelles et soucieuse des droits et des libertés.

 

5. Depuis le milieu du XIXè siècle, l’Eglise oscille entre la condamnation de la modernité et des gestes d’ouverture. Tout en long du XIXè siècle et jusqu’en 1914, l’Eglise catholique est du côté de la tradition et du conservatisme. En France, cette attitude se cristallise dans son hostilité envers la IIIè République. 


 

Biographie de Marc Sangnier.

Catholicisme social.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Rubriques