Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2010 7 26 /09 /septembre /2010 17:54

nauvoo_il.gif

Depuis le XVIe siècle l'Amérique fascine les Européens. Les Etats-Unis, pays neuf, apparaissent comme une terre d'acceuil pour tous ceux qui fuient des persécutions ou qui aspirent à fonder une nouvelle société. Les Etats-Unis sont aisni aux yeux de certains européens comme une "terre promise". Parmi les immigrants venus d'Europe certains font le voyage pour des raisons religieuses, comme les Mormons, d'autres dans le cadre de projets sociaux utopiques. En effet, en Europe, notamment en France, les années 1820-1840 sont marquées par l'appairition des premiers courants socialistes, intitulés "socialisme utopique". L'une des originalités de ce socialisme est qu'il tente de mettre en pratique ses idées en créant des communautés aux Etats-Unis .

 

La colonie de Nauvoo (1848-1856)

La première véritable communauté icarienne (après l’expérience du Texas) fut créée à Nauvoo dans l’Illinois, par Cabet. Il y eut 280 personnes au départ, mais les mouvements de population y furent incessants et environ 2500 personnes y passèrent entre 1851 et 1856. Partant de rien, les icariens y développèrent beaucoup d’énergie : ils construisent des bâtiments, ils créent des fermes, une scierie, un moulin, une porcherie, une distillerie, un atelier de mariniers, un autre de tonnelier, une tannerie  ou encore un atelier de tissage, et aussi une imprimerie pour continuer la propagande. Mais cette activité fébrile n’a pourtant jamais permis à la colonie de vivre uniquement sur ses propres ressources, et elle a toujours dû faire appel aux souscriptions en provenance des amis parisiens pour faire face à toutes ses dépenses.

A Nauvoo le travail est obligatoire. Le  communisme égalitaire, qui interdisait à quiconque de posséder quoi que ce soit, y règne. Il n’y a pas de monnaie et tous les objets et les produits du travail sont mis en commun. Les habitations sont collectives. Le réfectoire, immense bâtiment de trente mètres de long sur dix de large, où peut se réunir 400 personnes, symbolise le caractère communautaire de la vie quotidienne. C’est là qu’ont lieu les fêtes, les spectacles et les assemblées générales de la Communauté. Le pouvoir exécutif est assuré par la gérance, constituée d’un président et de cinq membres. Elle fait appliquer les règlements de la communauté, dont le souci premier était la communauté totale des biens et la disparition complète de la propriété privée. Mais son rôle était également de faire régner en Icarie un certain ordre moral : célibat interdit, mariage obligatoire pour la vie, fidélité entre époux sont inscrits dans la constitution icarienne ; tabac, alcool, la pêche et chasse « comme plaisir » sont prohibés.

La colonie de Nauvoo fut traversée de nombreuses épreuves, comme cette épidémie de choléra qui entraîna, en 1852, le décès de 22 personnes. Mais ce sont des tensions de plus en plus en plus importantes à l’intérieur du groupe qui entraînèrent son implosion. En Cabet, mis en minorité, du se replier à Saint-Louis avec un groupe de 187 fidèles. Mais deux jours après leur arrivée, le 8 novembre 1856, Cabet meurt d’une « attaque d’apoplexie compliquée de paralysie ». Les icariens désormais orphelins durent continuer l’œuvre cabetiste sans leur chef.

 

Source:

Brémand Nathalie   (2010). " La colonie de Nauvoo (Illinois) (1848-1856) ". Les premiers socialismes, bibliothèque virtuelle de l'Université de Poitiers. Publié en ligne le 28 avril 2010. URL : http://premierssocialismes.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=1234. (consulté le 26/09/2010)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Rubriques