Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Thucydide, homme politique et historien athénien, né en 471 av. J.C., mort vers 400 av. J.-C. Il est l'auteur de l'Histoire de la guerre du Péloponnèse, qui raconte la guerre du Ve siècle av. J.-C. entre Sparte et Athènes. Thucydide est considéré comme un des fondateurs de l’histoire comme science.

Vous trouverez ci-dessous des extraits du livre de Thycydide dans lesquels il expose sa méthode (gauche du tableau) et un commentaire de son texte (à droite du tableau). 

 

1

 

 

 

5

 

 

 

 

10

 

 

 

 

15

 

 

 

 

I- Thucydide l'Athénien a raconté les différentes péri­péties de la guerre des Péloponnésiens et des Athéniens; il s'est mis à l’œuvre dès le début de la guerre, car il prévoyait qu'elle serait importante et plus mémorable que les précé­dentes. Sa conjecture s'appuyait sur le fait que les deux peuples étaient arrivés au sommet de leur puissance. De plus il voyait le reste du monde grec, soit se ranger immé­diatement aux côtés des uns et des autres, soit méditer de le faire. Ce fut l'ébranlement le plus considérable qui ait remué le peuple grec, une partie des Barbares[1], et pour ainsi dire presque tout le genre humain. Pour les événe­ments antérieurs et ceux de l'époque héroïque, il était impossible, en raison du temps écoulé, de les reconstituer exactement. D'après les témoignages dignes de foi qu'on peut trouver pour la période la plus reculée, je ne les estime pas bien importants ni en ce qui concerne les guerres, ni sur les autres questions.

Le sujet de son récit : guerre entre Athènes et Sparte (guerre du Péloponnèse).

 

adopter une attitude critique et « scientifique » afin de dégager les causes profondes et immédiates de la guerre.

 

 

 

établir les faits et à les insérer dans des chaînes logiques de causalités. le récit

s’attacher à la stricte réalité historique

20

 

 

 

 

25

 

 

 

 

30

 

 

 

 

35

XXI. - D'après les indices que j'ai signalés, on ne se trompera pas en jugeant les faits tels à peu près que je les ai rapportés. On n'accordera pas la confiance aux poètes, qui amplifient les événements, ni aux logographes[2] qui, plus pour charmer les oreilles que pour servir la vérité, rassemblent des faits impossibles à vérifier rigoureusement et aboutissent finalement pour la plupart à un récit incroyable et merveilleux. On doit penser que mes infor­mations proviennent des sources les plus sûres et pré­sentent, étant donné leur antiquité, une certitude suffisante.

Les hommes engagés dans la guerre jugent toujours la guerre qu'ils font la plus importante, et quand ils ont déposé les armes, leur admiration va davantage aux exploits d'autrefois; néanmoins, à envisager les faits, cette guerre-ci apparaîtra la plus grande de toutes.

Thucydide est le premier à vouloir s’affranchir véritablement de la dimension épique du récit historique pour ne s’en tenir qu’à la vérité stricte

remise en cause de ce qui est communément admis.
l’histoire commence par le doute ;

 

 

 

 

40

 

 

 

 

45

 

 

 

 

50

 

 

 

 

55

 

 

 

 

60

XXII - Pour ce qui est des discours tenus par chacun des belligérants, soit avant d'engager la guerre, soit quand celle-ci était déjà commencée, il m'était aussi difficile de rapporter avec exactitude les paroles qui ont été prononcées, tant celles que j'ai entendues moi-même que celles que l'on m'a rapportées de divers côtés. Comme il m'a semblé que les orateurs devaient parler pour dire ce qui était le plus à propos, eu égard aux circonstances, je me suis efforcé de restituer le plus exactement possible la pensée complète des paroles exactement prononcées.

Quant aux événements de la guerre, je n'ai pas jugé bon de les rapporter sur la foi du premier venu, ni d'après mon opinion; je n'ai écrit que ce dont j'avais été témoin ou pour le reste ce que je savais par des informations aussi exactes que possible. Cette recherche n'allait pas sans peine, parce que ceux qui ont assisté aux événements ne les rapportaient pas de la même manière et parlaient selon les intérêts de leur parti ou selon leurs souvenirs variables. L'absence de merveilleux dans mes récits les rendra peut-être moins agréables à entendre. Il me suffira que ceux qui veulent voir clair dans les faits passés et, par conséquent, aussi dans les faits analogues que l'avenir selon la loi des choses humaines ne peut manquer de ramener jugent utile mon histoire. C'est une oeuvre d'un profit solide et durable plutôt qu'un morceau d'apparat composé pour une satisfaction d'un instant.

 

 

la critique systématique des sources : pour établir les faits, il faut utiliser des informations véridiques = ce qui lui a été rapporté par des témoins directs, après confrontation minutieuse des différents témoignages

ne jamais se fier à la mémoire de ceux qui ont participé aux événements

 

 

 

 

Conclusion :

Thucydide est le premier véritable historien :
- il rationalise les faits;
- il recherche les causes profondes des événement;
- il refuse les explications  utilisant en écartant tout ce qui procède du les mythes ou les rumeurs; il recherche la vérité ce qui implique l'exactitude et l'impartialité,

 


 

[1] . La qualité d'Hellène se reconnaît à la communauté de langue (malgré les différences dialectales), de religion, de mœurs. Ce monde hellénique n'arrivera pas à l'unité nationale, les cités subsisteront, mais au IVè siècle l'unité morale se fera entre tous ceux, Hellènes ou étrangers hellénisés, qui accepteront la même civilisation. Le Barbare se trouve défini par l'absence des caractères qui cons­tituent l'Hellène. Ce terme s'applique également aux Perses, aux Egyptiens plus anciennement civilisés que les Achéens de la guerre de Troie et à des peuplades arriérées des Balkans.

[2] . Historien-chroniqueur.

Partager cette page

Repost 0

Présentation

Rubriques